Gastronomie sur-mesure

Gastronomie sur-mesure - Barbara Correa

Depuis que je vais en ville plus souvent, j’aime découvrir de bons restaurants à l’ambiance festive. Comme je vais régulièrement consulter un dentiste Boisbriand, qui a fait un travail exceptionnel sur mes dents, je contacte mes amis Walter et Jasmine. Ils adorent me faire découvrir de bonnes tables. J’ai déjà testé plusieurs établissements aux concepts innovants. J’ai adoré manger en compagnie de pirates, goûter la cuisine éthiopienne, dîner sur un bateau-mouche, et écouter des musiciens de jazz tout en savourant de fantastiques assiettes, bien remplies. Ces sorties sont des occasions spéciales et je préfère sortir rarement pour continuer à être émerveillé. Par contre, quand je reviens dans mon appartement, je n’étais pas très porté sur la confection élaborée de plats et je préférais réchauffer des mets déjà prêts. C’était un de mes défauts et j’ai vite compris que je devais apprendre à cuisiner.

La tentation de télécharger une application avec des recettes bien expliquées m’a saisi. Quelques essais plus tard, j’ai décidé de m’inscrire à des cours. Je ne maîtrisais pas le battage des œufs, mes cuissons de viande n’étaient pas satisfaisantes, mes gougères retombaient. Avec l’aide d’un bon professeur, mes séances m’ont vite profité. Inviter le couple d’amis, qui m’a amené à la découverte de l’art culinaire, à déguster mes tentatives de plats fut évident. Après des préparatifs de plusieurs jours, car une blanquette de dinde avec un fond de veau fait par mes soins, cela prend du temps, mon appartement était prêt à les accueillir. Je connais leur passion pour la gastronomie et leur politesse, j’espérais que mon menu serait à la mesure de leur exigence, qu’ils ne seraient pas déçus.

Avec quelques bougies, une nappe imprimée de motifs dorés sur fond gris et une présentation, dès l’apéritif, très recherchée de ce que j’avais préparé à manger, mon salon était transformé. J’ai même pris quelques photos, que je garde dans mon ordinateur. Des guirlandes de lustres en papier, une succession de boules avec des petites fleurs peintes, éclairaient le passage vers la cuisine. Walter et Jasmine m’assurèrent que ma décoration était parfaite. Je leur ai servi les bouchées apéritives, l’entrée et la blanquette de dinde. Pour le dessert, j’avais réalisé un gâteau au chocolat, le trianon, que j’avais coupé en quatre ; servi avec un café bien fort, il était si bon, que j’ai coupé la dernière part en trois. Après cette soirée, j’ai pris confiance en moi.