Ma soeur, ce top model

Ma soeur, ce top model - Barbara Correa

Je suis une grande passionnée de mode et je ne connais pas mal de personnes dans ce domaine. Mon rêve était de devenir mannequin professionnelle, pourtant, je devais faire des efforts pour améliorer mon physique. Une agence de recrutement a envoyé une annonce, et ma petite sœur, intéressée, a demandé mon soutien pour s’y préparer. Comme je connaissais du monde dans le secteur du mannequinat, je l’ai présenté à des formateurs ainsi qu’à un styliste qui l’a tout de suite admiré. Nous avions fait le tour des maquilleurs de la ville pour lui donner une magnifique apparence. Lorsque l’agence a finalement appelé pour lui faire passer un casting, elle était très nerveuse qu’elle ne se faisait pas confiance. Mon ami styliste l’a conseillé de se déplacer avec zèle et de marcher tout droit sans se soucier des regards qui se poseraient sur elle. Le casting terminé, elle a reçu des critiques, mais elle a tout de même été prise. Depuis que sa carrière a été lancée, elle a eu la chance de défiler, tout d’abord pour des créateurs moyens, puis pour des grands couturiers. Lors de la sortie de la collection durant la période d’hiver l’an dernier, elle a été maquillée par des spécialistes et a même reçu des propositions de partenariat avec la marque de cosmétique juvederm Montréal, avec qui elle est toujours en relation. Ces événements m’ont donné envie de me lancer pour rendre mon physique plus agréable à voir. En effet, en aidant ma sœur à atteindre ses objectifs, j’en ai oublié les miens. Ainsi, j’ai suivi les mêmes exercices physiques de préparation que ma sœur. J’ai vraiment eu du mal à perdre du poids. Les régimes alimentaires n’ont pas suffi à me donner le but que je me suis fixé. J’ai donc pratiqué du sport, en m’inscrivant dans une salle de musculation. Mon objectif n’était pas de me muscler, mais de brûler des calories, afin de réussir à avoir la même ligne physique que celle de ma sœur. Et après avoir vu que j’ai pu affiner ma forme, j’ai fait une tentative d’entretien au niveau de l’agence qui a recruté ma sœur. Toutefois, après tant d’efforts, j’ai raté mon entretien, car d’après les professionnels, je n’avais pas assez de grâce dans ma démarche. Il est vrai que j’étais déçue, mais je n’ai pas baissé les bras. Je me suis fait une raison, car après tout, le métier de top model était sans doute destiné à ma sœur. Moi, plutôt, je vais faire le maximum pour la pousser, car en fin de compte, son succès, c’est aussi le mien. Et à travers elle, je vis mes rêves d’enfance.