Nos voisins fêtards

Nos voisins fêtards - Barbara Correa

Cela fait maintenant des années que je suis partie de chez mes parents pour aller m’installer avec mon époux. Un quartier très populaire du centre-ville où il a vécu depuis son enfance. Je me suis très vite adapté parce que les quartiers de la ville se ressemblent presque tous. Et comme notre maison est à deux pas de la rue principale, on entend toutes sortes de bruits en  plus des véhicules qui klaxonnent à tout bout de champ. Près de chez nous vit une famille qui possède un snack-bar, on va dire qui n’est pas de très haut de gamme. Ça attire beaucoup de monde surtout le soir. C’est le père de la famille qui le dirige, tandis que sa femme s’occupe de tout ce qui est derrière le bar : comme le service et les commandes des clients. Ils ont pas mal d’enfants, dont la majorité sont des garçons, très turbulents et qui adorent faire la fête et provoquer des disputes en tout genre. Presque tous les membres de leurs familles habitent le quartier et côte-à-côte qui plus est. Ceci parce que la terre où ils ont construit leurs maisons est un héritage commun. Leurs oncles et leurs tantes résident donc dans la même cour. C’est la raison pour laquelle on entend souvent des fêtes chez eux. Et avec le bar qu’ils gèrent, il est plus facile pour eux de se procurer à boire. Ça dérange beaucoup le voisinage, car ils se défoulent même les jours ouvrables, et les week-ends, évidemment avec les clients, c’est à ne plus s’entendre. Quant à la famille et surtout les enfants, à les entendre, c’est comme s’ils trouvaient toujours quelque chose à fêter et à lever des verres. Parfois, ils invitent des amis, et même les femmes y participent. Ce qui énerve les voisins, c’est que la plupart du temps, les fêtes se terminent par des bagarres au beau milieu de la nuit. Aussi, la mère de famille passe son temps à s’excuser auprès des voisins, mais le lendemain, tout recommence. La dernière bagarre était entre les tantes, déjà saoules qui se mettaient à se dire du mal entre eux. Tout le monde a entendu des disputes concernant le traitement de l acné que l’une d’elles avait fait, c’était vraiment n’importe quoi. Mon mari lui, en a eu assez, et il est directement allé voir le monsieur, afin de tout mettre au clair. Comme quoi, il faut du respect aux autres et surtout de savoir vivre. Mais bon, depuis quelque temps, tout est allé pour le mieux. En effet, après avoir déposé une pétition concernant les tapages qu’ils provoquent, on a eu gain de cause. Ainsi, ils se sont un peu calmés.